Gallician : une cave sous le signe de la technologie, du terroir et des savoir-faire

  • Une équipe, des viticulteurs, une direction... Tout ce monde bien coordonné font de la cave de Gallician un fleuron de Petite Camargue.

Comme la majorité du territoire, Gallician et sa cave n’ont pas échappé à la règle et vivent des vendanges historiquement précoces cette année.
En effet, les vendanges ont débuté le 16 août et « seront très courtes » confie la directrice Estelle Quiles, « trois semaine au plus contre quatre à cinq semaines habituellement ». Autre conséquence de la sécheresse de cet été, « il y aura moins de grappes, donc moins de jus, la production sera historiquement basse cette année ! Aux alentours de quarante cinq hectolitres, c’est 25 à 30 % de moins que l’année précédente ! » Assure, à contrecœur, la directrice.
Par contre côté qualité, Jérémy Teissier, le président, est confiant « la matière première est là pour faire un vin rouge excellent ! »

Gallician Signature

La marque Gallician Signature, qui depuis cinq ans, a remplacé Gallician La cave, est accompagnée par un nouvel élan, un renouvellement et un rajeunissement des troupes et des procédés de vinification et de culture sans cesse en évolution expliquant cela. La réussite de la marque est aujourd’hui incontestable mais comme l’explique Stéphane, l’œnologue de la cave, « c’est un travail d’équipe, sans cela, uniquement avec le terroir ou la technologie, nous ne pourrions pas faire aussi bien ».
Pendant les vendanges pour élaborer les vins Gallician Signature, ce ne sont pas moins de trois pressoirs, pouvant contenir jusqu’à 40 tonnes de raisins qui tournent deux fois par jour.

Technologie et terroir

A Gallician, la cave s’est dotée, depuis bientôt dix-huit ans, d’une machine pour l’analyse du moût de raisin et du vin qui a révolutionné les méthodes de travail selon les équipes. Il est, en effet, impossible de se tromper et surtout la cave peut prétendre à une qualité constante de ses vins. Entre autres, diverses utilisations de la machine, la classification du niveau de qualité des moûts apportés par les viticulteurs est d’une grande fiabilité grâce à quatre points de contrôle qui vont de l’analyse très précise des pourritures grises et acides à l’activité fermentaire ou lactique.

Cette machine est un complément du savoir-faire des équipes, du travail des viticulteurs et du terroir très spécifique du sud-gardois. Chaque agriculteur qui amène son raisin à la cave se voit remettre en temps réel une note de un à dix qui permet de classifier la qualité du raisin qui influera sur le prix payé. Si à l’arrivée de la machine les écarts entre les notes ont pu être élevés, « aujourd’hui les écarts sont très faibles et oscillent entre un rapport de un à cinq maximum, la majorité restant entre un et trois » commente Jérémy Teissier.

 

A propos de l'auteur :

Stéphane Chesnais

Après cinq années passées dans le métier de Webmaster en tant qu'indépendant, je suis très enthousiaste à l'idée de participer à ce projet. Mon expérience au Midi Libre pendant deux ans, m'a permit d'acquérir des connaissances en matière de reportage et journalisme local. Aujourd'hui avec V+ Petite Camargue, j'aspire à partager un maximum d'infos avec vous !