Beauvoisin : Didier Nito artisan solidaire en Guadeloupe

  • Didier Nito Didier Nito

Suite au passage des ouragans Irma et Maria sur les Antilles Françaises et face aux dégâts humains et matériels, la chambre des métiers et de l’artisanat du Gard à l’initiative de son président Henry Brin et sur une idée de Philippe Canoby son vice-président, a fait jouer la solidarité des artisans du Gard en particulier ceux du bâtiment au travers de leurs compétences.

C’est ainsi que Didier Nito, artisan électricien à Beauvoisin s’est porté volontaire avec une quinzaine de confrères du département pour intervenir sur ces territoires sinistrés et en particulier à Basse-Terre en Guadeloupe.

“Au départ nous devions nous rendre sur l’île de Saint-Barthélémy, mais pour des raisons de logistique, nous avons été obligé de nous replier sur la Guadeloupe au Centre de Formation des Apprentis où nous avons été hébergé.

C’est dans un esprit de solidarité que ces artisans bénévoles sont partis aider les entreprises locales et les particuliers à faire face à la détresse et à la dévastation.

“Nous avons laissé notre famille et mis notre activité entre parenthèses pendant 10 jours afin d’aller aider les entreprises locales et la population. Divisés en trois équipes, nous avons été mobilisés sur différents chantiers, nous avons fait des raccordements chez les habitants, des mises en sécurité, par exemple dans une école, des réparations de toiture et lors de conditions météo difficiles, désencombrement et nettoyage de routes.

Ces artisans toujours motivés ont aidé les personnes les plus démunies.

“En retour après un certain temps, le contact s’est établi et nous avons reçu un accueil des plus chaleureux et reconnaissant de la part de ces personnes.

Prochainement, une réunion de groupe à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat fera le bilan de cette action solidarité et l’après de cette aventure sera évoqué.

Didier évoque la suite de cette action en toute modestie et simplicité.

“Je ne voulais qu’aider des gens en difficultés, j’ai un sentiment de fierté, d’avoir été utile, mais en toute humilité. 

C’est une joie d’avoir fraternisé, car tout tourne autour de ça au final, après dans la vie, je crois, il faut oser “donner” : c’est une première pour moi et on ne s’attend pas à tant recevoir en retour.

Les messages sont émouvants, c’est vrai, mais rien à voir avec les sourires, les mots et les bisous, sans filtres, des enfants que l’on a aidé, car là, c’est désarmant ! On est paralysé !
On est paralysé !
Une belle expérience de vie au final !

Photos : Didier Nito

Partagez !

A propos de l'auteur :

André Michel Rodriguez

Retraité, je pratique la photographie, je randonne, je pêche et j’aime découvrir et expérimenter des activités diverses.