Petite Camargue : le service environnement se met à la voiture électrique

Au-delà du symbole, le service environnement de la communauté de communes de Petite Camargue (CCPC) a concrétisé son engagement dans la lutte contre la pollution en investissant dans une voiture électrique.

Les ambassadeurs du tri qui se déplacent sur le territoire et Laurence Colombaud, chef du service environnement, avaient des besoins supplémentaires en véhicule et le choix c’est fait sur une voiture électrique pour montrer l’exemple.
Le parc automobile du service environnement compte 3 véhicules à ce jour, le camion qui ramasse les encombrants, un véhicule utilitaire et la Renault ZOE maintenant.

Pour la CCPC, c’est une opération très économique. En effet, elle ne coûte pas très cher à l’achat – 15 500 € TTC après versement de l’aide de l’Etat – le chargement complet de la voiture revient à environ 4 euros, auquel il faut ajouter la location de la batterie (69 € par mois pour 7 500 km/an). La Renault ZOE équivalant à un cheval fiscal, la carte grise n’est pas très onéreuse non plus.

Pour Joëlle Cachia-Morena « il n’y a que des avantages, elle est de plus très silencieuse. On s’en servira pour aller dans toutes les communes du territoire et jusqu’à Nîmes, pour faire les animations scolaires, pour aller dans les déchetteries, etc. ».

Jean-Paul Franc, président de la CCPC est optimiste : « Le but aussi est de faire un essai avec le service environnement, c’est le service approprié pour ce type d’opération. Car ensuite dans le cadre du renouvellement du parc automobile de la CCPC, je pense que les élus réfléchiront, quand ce sera le moment, à investir dans des voitures électriques, car on a un parc vieillissant, pas en kilomètres mais en années, on a des véhicules qui datent depuis la création de la communauté en 2002. »

Par ailleurs, le territoire est équipé maintenant en bornes électriques, deux à Aimargues, deux à Vauvert, une à Beauvoisin et une à Aubord.

 

Partagez !

A propos de l'auteur :

Stéphane Chesnais

Après cinq années passées dans le métier de Webmaster en tant qu’indépendant, je suis très enthousiaste à l’idée de participer à ce projet. Mon expérience au Midi Libre pendant deux ans, m’a permis d’acquérir des connaissances en matière de reportage et journalisme local. Aujourd’hui avec V+ Petite Camargue, j’aspire à partager un maximum d’infos avec vous !