« Symphonie du Scamandre » pour célébrer l’anniversaire de la convention de Ramsar

  • Ballade dans la roselière de Buisson Gros à l'occasion des journées mondiales des zones humides

Le samedi 3 février, dans le cadre des journées mondiales des zones humides, une visite guidée à la découverte des oiseaux hivernants a eu lieu au centre du Scamandre. Serge Colombaud et Simon Baudouin ont accompagné les 90 participants sur un circuit qui fait le tour de la roselière de Buisson Gros et qui est habituellement fermé au public. Dans la roselière récemment faucardée de nombreuses Talèves sultanes se sont laissées voir et entendre. Une halte a mi-parcours a permis d’observer le travail des sagneurs qui confectionnaient avec beaucoup de dextérité les bottes de phragmites. Un peu plus loin ce sont les hérons cendrés qui ont capté l’attention des visiteurs. Ces derniers forment un dortoir dans la partie non fauchée. C’est le prélude à leur future reproduction. Sur la dernière partie de la balade, ce sont les canards qui se sont faits admirer. De nombreuses nettes rousses occupent ce secteur accompagnées de canards colverts et de canards souchets. Quelques vols de sarcelles sont venus animer un magnifique ciel de fin de journée. Gérard Puyuelo, ce sétois complètement assumé et fabricant d’appeaux, a égayé la balade en imitant de nombreux chants d’oiseaux.

De retour aux bâtiments du Centre du Scamandre d’autres surprises attendaient les participants. Gérard Puyuelo nous a fait découvrir son sifflet inspiré d’un appeau inventé au début du 20ème siècle sur les rives de l’étang de Thau pour imiter certains oiseaux d’eau, tels les limicoles ou les canards. Il le fabrique et le commercialise au travers de la société Apo-gé, qu’il a créé. Ce sifflet est très polyvalent et outre sa fonction d’appeau, on peut l’utiliser pour jouer des airs de Georges Brassens (ça va de soit), pour des sortie nature, pour le dressage des chiens ou pour mettre de l’ambiance dans les stades ou les concerts. Gérard Puyuelo nous en a fait de nombreuses démonstrations entrecoupées de récits truculents à souhait où son attachement à ses racines sétoises, transparaît à chaque détours de ses phrases. Pour terminer l’après-midi, un diaporama composé de photos de Simon Baudouin et de Jean-Pierre Trouillas a fait écho aux imitations de chants d’oiseaux de l’invité du jour. Et comme il se doit, un apéritif a permis d’échanger entre les participants et les différents acteurs de cette belle manifestation.

Partagez !

A propos de l'auteur :

Jean-Pierre Trouillas

Naturaliste, amoureux des sciences naturelles, de l’histoire, du patrimoine et des traditions. Passionné de photographie, des arts et de la culture. Curieux de tout en quelque sorte avec une furieuse envie de partager mes passions. Ex-éducateur à la retraite, mais toujours prêt à créer du lien par conviction et non par déformation professionnelle.