Congrès de la FFCC : Une volonté de modernisation

  • Photo DR

Les instances dirigeantes de la course camarguaise ont tenu leur 73° congrès en terres provençales, à Châteaurenard.

Après les discours de bienvenue des élus locaux et de la Reine d’Arles, un temps de recueillement à la mémoire des gens de bouvine disparus au cours de l’année écoulée fut observé avec notamment un hommage appuyé à Florence Clauzel et Pierre Aubanel.

Hadrien Poujol a ensuite officiellement ouvert le congrès 2018, résolument empreint d’une volonté de modernisation.

 

 

Les bilans moraux et financiers furent approuvés à l’unanimité. La FFCC a retrouvé une bonne santé bancaire ce qui n’empêche pas, comme l’a indiqué le président de « veiller à chercher de nouvelles ressources pour aboutir à long terme à davantage d’autofinancement.»

En ce qui concerne les évolutions réglementaires, des efforts seront engagés pour améliorer la qualité du spectacle avec en particulier des points de bonifications pour les raseteurs faisant briller les taureaux.

Les raseteurs du trophée des vaches cocardières verront leurs points compter en groupes Avenir et Honneur.

Les arènes pourront être divisées en cinq catégories pour faciliter la mise en œuvre de la limitation réglementaire.

Pas de scission discernée entre la FFCC, la commission du trophée taurin et les journaux. Hadrien Poujon l’a bien précisé « chacun dans son rôle occupera sa juste place avec un même objectif : que la course camarguaise aille de l’avant .»

En point d’orgue, l’attention portée à la formation des jeunes qui a pris une grande place dans les projets fédéraux. Il ne s’agira pas seulement de former de futurs raseteurs mais bien de veiller à ce qu’ils soient des acteurs dignes d’un sport exceptionnel intégré à un patrimoine qui l’est tout autant.

Des mots d’encouragements furent prononcés à l’égard des clubs taurins dont le rôle s’avère majeur dans le mundillo camarguais.

Après un état des lieux sanitaires du cheptel et l’intervention du médecin référent qui insista sur l’absolue nécessité de disposer d’infirmeries conformes, Hadrien Poujol poursuivit par la présentation des projets 2018.

Les démarches enclenchées avec le collège Ampère d’Arles et la Vallée Verte de Vauvert furent exposées par Jean-Marc Soulas et les directeurs des deux établissements prirent la parole pour se féliciter – malgré les contraintes institutionnelles – de la prochaine création d’options ou sections sportives « course camarguaise.»

Le projet « Scamandre » fut présenté. L’idée de ce pôle sportif au centre des territoires de bouvine, sorte de « Claire-Fontaine » de la course camarguaise qui, avec le soutien du Conseil Départemental du Gard et du Syndicat Mixte Camargue Gardoise (8 communes membres) pourrait à terme accueillir le siège de la FFCC, fut plébiscité.

Enfin, la question de l’inscription au patrimoine immatériel de l’UNESCO fut brillamment défendue.

Le congrès fut clôturé par la remise des diplômes fédéraux.

La course de l’après-midi permit à Vincent Félix de remporter son premier trophée de l’année pour la qualité de son travail tandis que Joël Linsolas pélot de la manade des Baumelles était récompensé pour la prestation de son cocardier Optimus.

Serge Colombaud

 

Partagez !

A propos de l'auteur :