Au fil du temps en Petite Camargue : Les caves coopératives

C’est dans un contexte de crise du vin à la fin du 19ème siècle, et, pour contourner la main mise des courtiers et des puissants négociants, que le mouvement de coopération des viticulteurs va naître en Alsace puis en Languedoc et s’étendre à la France entière.

La construction de la première cave coopérative démarre en 1905 à Maraussan dans l’Hérault.

Au milieu du 20ème siècle, chaque village viticole a sa cave.

Le Cailar fonde la sienne en 1913. Pendant la guerre de 14-18, une canalisation en cuivre est même construite pour relier la cave et la gare en vue d’alimenter en vin les poilus. En 1979, elle vinifiait 53 000 hectolitres produits par 245 viticulteurs sur 578 hectares de vignes. Elle fermera en 1994 et fusionnera avec Vergèze-Codognan.

Aimargues a construit sa cave en 1928. Vinifiant en 1979 : 51 000 hl de vin avec 379 adhérents sur 525 ha , elle a fermé en 1994.

La même année 1928, Beauvoisin édifie la sienne et en confie la maîtrise d’œuvre à l’architecte Henri-Jacques Floutier, avec l’installation au fronton d’un médaillon du sculpteur, Armand Pellier. 300 adhérents sur 930 hectares de vignes vinifiaient 80 000 hectolitres de vin en 1979.

Vauvert choisit aussi H.J. Floutier pour construire sa cave en 1939, avec 3 médaillons d’Armand Pellier.  Elle a été agrandie en 1950-1951. Elle est fière aujourd’hui de compter  120 adhérents dont un certain nombre sont pluriactifs, regroupés depuis 2007 avec ceux de Aimargues et depuis 2010  avec ceux de Gallargues-le-Montueux. La cave Coopérative « les Maîtres vignerons de Vauvert et Gallargues » comprend aujourd’hui quelques 600 hectares sur Vauvert ainsi que 180 ha sur Gallargues et 50 ha en BIO sur Aimargues. Elle produit les meilleures années environ 60 000 hl, sa capacité actuelle étant de 80 000 hl. Le terroir la composant sur sa partie Vauverdoise présente l’originalité d’être situé sur des « gress » durancien d’une part et « gress » Rhôdanien d’autre part.

A l’initiative des édiles vauverdois, Robert Gourdon, Emile Guigou, Gallician s’est doté d’une cave pilote en 1951, construite également par l’incontournable H.J. Floutier et l’entreprise de bâtiment biterroise, La Méridionale. D’une capacité au démarrage de 200 000 hectolitres pour ses 50 adhérents, elle a connu plusieurs extensions, dont celle de 1974, réalisée par l’entreprise de Pierre Valette.

Celle de Aubord sera fondée en 1952 sur une ancienne cave particulière et sera fermée en 1994. Elle vinifiait en 1979 : 11 600 hectolitres, avec 32 adhérents sur 130 hectares de vignes.

C’est pour mieux répondre aux attentes du marché que plusieurs caves de Petite Camargue vont fusionner dans un souci de meilleure maîtrise des charges.

C’est le cas de celles de Générac avec Aubord , Beauvoisin, Calvisson et Saint-Hilaire d’Ozilhan, celles de Vauvert Aimargues et Gallargues, et celle du Cailar avec Vergèze-Codognan, Mus et Aigues-Vives.

Grâce à ces regroupements de caves qui ont lieu partout en France, le paysage coopératif de Petite Camargue devrait continuer à assurer autour de 70 % de la production de vin, à coté des nombreuses caves particulières, et participer à la renommée grandissante de nos vins.

Alain Bronnert

 

 

Le témoignage d’Albert Gavanon

Les fondateurs de la cave coopérative de Vauvert en 1939

 

En 1960, après l’importante extension de la cave coopérative de Vauvert, un repas mémorable a été préparé et servi par le restaurateur du Louvre, Jean Avouac.

 

Partagez !

A propos de l'auteur :

Guy Roca