Vauvert : La course phare de la saison taurine

  • Dangereuse anticipation de Muiron sur Youssef El Mahboub le 28 mai 2017 à Vauvert

Après le Grau du Roi, vous pourrez jouer et donner votre avis sur tridbull.fr ce jeudi 10 mai à Vauvert.

Homogène et attractive, telle que la conçoivent les organisateurs, la course du 10 mai reste la course phare de la saison taurine à Vauvert.

Pour le jeudi de l’ascension, jour du Concours d’abrivado, la commission des festivités et son président, Bruno Pascal, s’attachent à réserver les meilleurs taureaux et les meilleurs raseteurs du moment, avec comme têtes d’affiche le cocardier prometteur Muiron de la manade du Ternen et le spectaculaire Marengo de Vellas, pour terminer la course brillamment.

Ordre de sortie

Boër de l’Occitane (N° 422)
5 courses en 2017 (Palavas, Sommières, Beaucaire, Les Saintes-Maries de la Mer, Arles, pour la finale du trophée des As).
Certainement, le meilleur premier à l’heure actuelle. Débute souvent fort avec de grandes finitions à la barrière.  Navigue beaucoup, puis se calme peu à peu et devient plus cocardier au fil des minutes. Défend toujours âprement ses ficelles.

Vincent d’Aubanel  (N° 5108)
5 courses en 2017 (Les Saintes-Maries de la Mer, Vauvert, Beaucaire, Saint-Gilles, Le Grau du Roi).
Placement exemplaire, cul aux planches, c’est un cocardier capable de belles enfermées. Des ripostes vives et des actions serrées jusqu’aux planches.

Aïoros des Baumelles (N° 610)
7 courses (Beaucaire 2 fois, Les Saintes-Maries de la Mer, Eyragues, Le Grau du Roi, Arles pour la finale du trophée des As, et Saint-Gilles).
Souvent dominateur, dangereux, craint des hommes de par son placement et ses réponses incisives, avec un coup de tête qui complique le jeu. D’une préférence plutôt gauchère mais avec un coup de revers plus prononcé à droite. Ses poursuites jusqu’à la planche cornes pointées sont un danger permanent pour les hommes.

Muiron du Ternen (N° 956)
2 Courses au As et 4 courses à l’Avenir en 2017.
Le cocardier vedette de la manade du Ternen, âgé de neuf ans, a toujours un placement exemplaire, une  surprenante anticipation à gauche et il poursuit jusqu’à la planche où le danger est constant. Au fil des minutes, il contrôle de plus en plus les départs et ses anticipations fulgurantes sèment souvent le doute. Une course mémorable à Vauvert a beaucoup fait parler de lui. Il a fini sa saison avec 2 courses aux As où il a fait étalage de toutes ses qualités. S’il parvient à changer plus souvent de terrain, une grande carrière pourrait bien se dessiner.

 

 

Cupidon de Paulin (N° 707)
8 courses (Mauguio, Palavas, Pérols, Vauvert,  Beaucaire, le Grau du Roi, Châteaurenard, Arles pour la finale du trophée des As).
Ne refuse rien et bien raseté vient aux planches ou les actions puissantes se succèdent les unes après les autres. Finit souvent les séries à la planche. Demande un travail honnête pour pouvoir faire étalage de toutes ses qualités. Sa finale à Arles a été en partie gâchée par le travail pas toujours très orthodoxe des hommes.

Ourazy de Blanc (N° 883)
1 course à l’Avenir à Pérols et 6 courses aux As en 2017 (Beaucaire, Nîmes, Sommières, Fontvieille, Saint-Rémy de Provence  et Saint-Gilles).
Vaillant, honore tous les cites, et poursuit jusqu’au planches où il est capable d’actions spectaculaires. Ne s’en laisse pas compter,  sait se placer et accepte volontiers le combat.

Marengo de Vellas (N° 902)
2 courses  aux Saintes-Maries de la mer et au Grau du Roi.
N’a qu’une corne, mais est redouté des hommes par ses actions violentes à la planche. C’est un barricadier, plutôt même un casseur de planches que rien ne semble arrêter. Percute, frappe, passe au travers des planches avec une puissance phénoménale. Devrait finir cette course en apothéose si les hommes le veulent bien.

 

Pour affronter ces redoutables adversaires, il fallait des hommes déterminés et talentueux.

Le gaucher Youssef Zekraoui et le droitier Vincent Marignan, vainqueur et 2ème du trophée des As en 2017, se montreront à n’en pas douter à la hauteur de leur réputation.
Vincent Félix (droitier) et Geoffrey Robert (gaucher) qui ont triomphé à l’Avenir et qui démarrent la saison sur les chapeaux de roue devraient confirmer les espoirs que les afeciouna placent en eux. A droite, Loïc Auzolle et Amine Chekhkhade, à gauche, Jérôme Martin et Sofiane Ben Ammar, les tourneurs (Eric Cuallado, Thomas Dumont, Frédéric Jockin, Florian Lopez, Jean-François Moulin) compléteront cette solide équipe de raseteurs.

Afeciouna avisés ou jeunes spectateurs, faites vos jeux et donnez votre avis gagnant

le 10 mai avant minuit

face à Annelyse Chevalier, Écrivaine, Chroniqueur taurin à La Provence.

 

Partagez !

A propos de l'auteur :

Guy Roca