Beauvoisin – Gallician : Les vendanges d’Alexandre et Noémie

 

Depuis que les machines ont remplacé les « colles » de vendangeurs, les vendanges passent presque inaperçues dans les rues de nos villages. Seules les caves et leurs abords connaissent une effervescence inhabituelle en ce mois de septembre. Derrière les enjambeuses nocturnes qui s’activent à l’heure où la plupart des gens dorment, on en oublierait presque le labeur et le savoir-faire du vigneron.

La cueillette mécanisée du raisin, facteur d’efficacité et de compétitivité, a bouleversé la façon de travailler la vigne, depuis l’adaptation des plantations, du palissage, la surveillance sanitaire du vignoble, jusqu’à la gestion millimétrée de la vendange.

La rencontre inopinée avec Alexandre et Noémie nous permet d’en apprendre un peu plus sur les vendanges à la machine, l’organisation à la cave, la sélection et la planification des apports.

Alexandre et Noémie Tixador exploitent le domaine de Combe Rounive sur la commune de Beauvoisin et font partie des 68 coopérateurs de la cave de Gallician.

Ils commencent leur journée de vendange le matin à 1h30. Lui, conduisant la machine à vendanger dont il vérifie régulièrement le réglage (préparation de la tête de récolte, position des secoueurs…), elle assurant le transport jusqu’à la cave de Gallician, distante de 5,5 km.

Leur capacité de production est de 60 tonnes par jour, ce qui nécessite 3 voyages et demi en moyenne à la cave de 5h00 à 15h00.

Machine et bennes sont ensuite nettoyées. La journée est alors terminée. Enfin, presque, car il faut encore préparer celle du lendemain.

 

 

 

Partagez !

A propos de l'auteur :

Guy Roca